Gilles Côté (4e dan)

Portrait de Gilles Côté (4e dan)

Zone régionale: 

04 - Côte-Nord, Bas Saint-Laurent, Gaspésie et Est du Québec


Je suis natif d’un petit village nommé Padoue en Gaspésie. À l’âge de 17 ans, j’ai traversé le fleuve pour aller travailler à Sept-Îles et j’y suis resté neuf ans.

J’ai commencé le karaté en 1978, à l’âge de 23 ans, au Dojo Central de Karaté Shotokan de Sept-Îles, où j’ai obtenu ma ceinture bleue (5e kyu). À ce moment, mon instructeur était Rémi Girard.

Mon emploi m’amène par la suite à travailler à Baie-Comeau.  Dans cette ville, il n’y avait pas de karaté Shotokan. J’ai quand même continué à m’entraîner… dans mon salon.

En 1983, je suis de retour à Mont-Joli. Durant cette même année, j’ai eu un grave accident de la route. J’ai dû abandonner cette passion qu’était devenu le karaté. Les médecins étaient même sceptiques, à savoir si je pourrais remarcher un jour… Malgré mes handicaps et mes limitations, je n’ai jamais baissé les bras devant ce nouvel ennemi.  Ma force de caractère m’a grandement aidé à aller de l’avant. À force d’acharnement et de persévérance, je me réadapte tranquillement.

En 1990, je recommence l’entraînement avec l’instructeur Daniel Gauthier, au dojo Karaté Shotokan de la Mitis, à Mont-Joli. L’entraînement est difficile pour moi. Mon corps ne répond plus comme avant, suite à cet  accident. Mes multiples fractures m’empêchent d’être mobile et fluide. L’égo en prend un coup, mais je tiens bon. Il ne faut surtout pas lâcher. Malgré tout, c’est à ce moment que je débute l’enseignement. Je suis ceinture bleue (4e kyu).

En 1994, Daniel Gauthier quitte le dojo et m’offre de prendre la relève. J’accepte. À ce moment, je suis ceinture marron (3e kyu). Une grande aventure commence. J’enseigne et j’assiste mes élèves au quotidien dans la philosophie de Maître Funakoshi. J’essaie d’inculquer à mes élèves que peu importent les épreuves, nous sommes toujours capables de les surmonter.

En septembre 1999, avec l’aide de ma conjointe Kathleen, j’inaugure un nouveau dojo privé au centre-ville de Mont-Joli.  Son aide de tous les instants m’est précieuse. Les inscriptions augmentent d’année en année. Les gens passent et d’autres restent. C’est le lot de tout club sportif de voir partir des membres. L’ambiance est positive et chaleureuse.

C’est au camp d’été au Mont-Sainte-Anne le 27 juin 1998, que je décroche mon grade de «Shodan» devant Maître Teruyuki Okazaki 9e dan. Le 26 juin 2005, au camp d’été à Gaspé j’obtiens mon grade de «Nidan» devant Maître Shigeru Takashina 8e dan.  C’est lors du 38e camp d’été de l’AKJQ, le 27 juin 2010, à St-Augustin-de-Desmaures, en banlieue de Québec, que j’ai obtenu mon grade de «Sandan» devant Maître Teruyuki Okazaki 10e dan et Sensei Frank Woon-A-Tai 8e dan.

Malgré les diverses embûches lors de mes examens, je vais toujours de l’avant et encore aujourd’hui, je reste toujours positif et fier de ce que fais et de ce que j’ai accompli.

Gilles Côté
Yondan, AKJQ