Gilles Périard (7e dan)

Portrait de Gilles Périard (7e dan)

Zone régionale: 

03 - Québec, Mauricie et Centre du Québec


C’est à l’automne 1974, au cégep de Sainte-Foy, que j’ai commencé à pratiquer le karaté. Dès le début, cet art martial m’a vraiment intéressé et, depuis, c’est devenu une véritable passion.
 
Lors de mon arrivée au cégep, les cours d’éducation physique étaient obligatoires. J’en ai donc profité pour essayer différentes disciplines sportives. Entre autres, j’ai fait de la natation, de l’haltérophilie, du tir à l’arc, du judo, de l’aikido et du karaté. Le karaté m’a plu dès le départ et mon intérêt pour cet art martial n’a jamais diminué par la suite. Je me rappelle très bien de mon premier instructeur, monsieur Camil Boulay. Après m’être entraîné avec lui durant deux sessions, dans le cadre des cours d’éducation physique, sur son conseil, je me suis joint au club du cégep. À partir de ce moment, mon entraînement assidu pour le karaté est devenu partie intégrante de ma vie.
 
J’ai suivi un cheminement graduel pour l’obtention de tous mes grades jusqu’à la ceinture noire du style Shotokan. C’est en novembre 1980 que j’ai obtenu mon grade de shodan, ceinture noire, après avoir subi trois revers. Ces trois échecs ne m’ont pas découragé. J’étais déçu, mais je me suis entraîné plus fort et lorsque j’ai obtenu le grade tant convoité, j’étais content de tout le travail accompli pour y arriver. Le premier objectif atteint, un travail plus sérieux débutait pour l’atteinte du deuxième dan et des grades suivants. J’ai passé mon deuxième dan en décembre 1982, mon troisième en novembre 1986, mon quatrième en octobre 1995, mon cinquième en juin 2004, mon sixième dan, le 14 juin 2010 et mon septième dan, le 18 juin 2017. Je suis partisan du dicton : «il ne faut jamais s’asseoir sur ses lauriers si l’on veut toujours progresser». Aussi, le huitième dan fait partie de mes objectifs pour l’avenir, soit, en juin 2025.
 
J’ai participé à plusieurs compétitions dans notre association au niveau provincial et national. Je n’ai jamais été champion dans aucune catégorie, tant au niveau kata que combat. J’étais un compétiteur très moyen, mais j’ai toujours eu beaucoup de plaisir à m’entraîner et à participer à des compétitions. La compétition c’est très stimulant, mais elle ne doit pas être notre seul intérêt dans les arts martiaux. Sinon, on perd l’objectif qui est le dépassement de soi-même.
 
La pratique du karaté m’a apporté personnellement une plus grande confiance en moi, une très bonne discipline dans ma vie de tous les jours et un meilleur niveau de concentration et de jugement dans les périodes plus difficiles que l’on a tous à vivre un jour ou l’autre. De plus, j’ai créé avec des gens de partout au Québec, au Canada, aux États-Unis et en Europe, des liens d’amitié extraordinaires.
 
Présentement, je suis l’instructeur chef au club de karaté Shotokan du cégep de Sainte-Foy, là où j’ai débuté en septembre 1974. Je pratique le karaté depuis maintenant plus de 42 ans et j’aime toujours ça. Je m’entraîne 4 fois par semaine. J’ai été président de l’Association de Karaté Japonais du Québec (AKJQ) pendant 26 ans, soit de septembre 1989 à septembre 2015. Depuis septembre 2015, je suis vice-président administratif et je travaille au sein de mon organisation avec des gens dévoués à la promotion du karaté Shotokan.
 
Gilles Périard
Sichidan AKJQ
Le 19, juin 2017