Yannick Chassé (4e dan)

Portrait de Yannick Chassé (4e dan)

Zone régionale: 

04 - Côte-Nord, Bas Saint-Laurent, Gaspésie et Est du Québec


Né à Sept-Îles, en 1978, d’une famille de deux enfants, j’ai été attiré très jeune par le monde des arts-martiaux. Par contre, étant de nature très timide et manquant vraisemblablement de confiance en moi, j’étais plutôt craintif à l’idée de commencer la pratique d’une telle activité.

C’est en septembre 1990, alors que j’avais tout juste 12 ans, que j’ai décidé de me joindre au Dojo Central de Karaté de Sept-Îles. Mon coup de foudre pour cet art-martial fût immédiat. Faut dire que mon instructeur, Claude Deschênes, alors 3e DAN, a su rapidement capter mon attention de par sa passion hors du commun pour le karaté.

Dès mes premières années d’entraînement, le karaté m’a apporté une assurance que je n’avais pas auparavant. De plus, comme j’étais plutôt hyperactif, j’y ai trouvé un excellent moyen de canaliser ce surplus d’énergie; ce qui m’apporta par le fait même une meilleure tranquillité d’esprit… et à mes parents aussi d’ailleurs !!!

C’est en juin 1996, à l’âge de 17 ans, lors du camp d’été qui avait lieu au mont-Saint-Anne, que j’ai obtenu mon grade de ceinture noire 1er DAN devant Sensei Mikami 8e DAN. Ce fût pour moi l’un des plus beaux moments de ma vie et surtout, le résultat de plusieurs années d’entraînements assidus.

À l’été 2000, j’ai dû quitter ma ville natale pour aller travailler dans la grande région de Montréal où j’ai débuté, six mois plus tard, des études universitaires. Pendant cette période, j’ai dû délaisser mon entraînement en karaté, sauf lors de mes quelques visites à Sept-Îles, où j’en profitais pour aller m’entraîner au club.

En 2004, une fois mon baccalauréat terminé, je suis retourné vivre sur la Côte-Nord, où je me suis aussitôt remis à l’entraînement et où j’ai commencé à enseigner sur une base régulière.

Aujourd’hui, le karaté occupe toujours une très grande place dans ma vie et j’ose espérer que j’aurai la chance d’en continuer la pratique encore de nombreuses années.

Yannick Chassé
Yondan, AKJQ